Chercher un produit:

Mission : développement durable

La première génération de vêtements Eco-Shell est apparue en 2011. Parallèlement, Fjällräven travaillait sur la famille de vêtements techniques Keb pour randonnées alpines en terrain difficile. L’idée fondamentale derrière Keb a toujours été de mettre au point un système de vêtements combinables et la conception avait a peine démarré que l’idée vint de créer des vêtements shell imperméables complémentaires aux vestes et pantalons en G-1000 et tissu extensible.

Et il n’était pas question de faire des vêtements shell ordinaires :

« Nous avons décidé de mettre au point la série de Hardshells imperméables la plus fonctionnelle de tous les temps, sans aucun compromis en termes de développement durable », explique Henrik Andersson.
« Nous refusons que nos produits aient un effet négatif inutile sur l’environnement et la faune. Nous avions deux priorités égales : atteindre le plus haut niveau de fonctionnalité et le plus faible impact environnemental, et nous ne serions pas satisfaits d’un produit tant que ces aspects ne seraient pas maîtrisés. »

C’est avec cet objectif qu’a débuté une période de développement intensive. 

A la base de la nouvelle gamme était bien sûr l’Eco-Shell – une toute nouvelle membrane présentant le plus haut degré d’imperméabilité et de respirabilité, et dont la capacité d’extension confère aux vêtements une mobilité totalement innovante. Mais surtout, les trois couches sont en polyester, en partie recyclé, ce qui donne au vêtement un merveilleux avantage pour l’avenir, car il pourra lui-même être recyclé. De plus, les émissions néfastes pour le climat liées à la production de ces vêtements sont compensées et leur imprégnation ne contient pas de fluorocarbures.

Pourquoi voulez-vous éviter les fluorocarbures ?

« Les fluorocarbures sont mauvais pour l’environnement. Ils sont bio-accumulables dans les organismes vivants et restent extrêmement longtemps dans les nappes phréatiques et la nature», déclare Henrik Andersson. « La fluorochimie est complexe et l’utilisation de ce type de produits chimiques est toujours légale. Mais nous n’attendons pas que la loi change – nous ne voulons pas utiliser de fluorocarbures dans nos produits. »

Quelles concessions faut-il faire lorsqu’on choisit une imprégnation sans fluorocarbures ?

« En ce qui concerne la fonctionnalité en soi, il n’y a aucun compromis crucial. L’imperméabilité est assurée par la membrane, l’imprégnation sert à maintenir la surface extérieure du tissu aussi sèche que possible. Une imprégnation sans fluorocarbures est aussi imperméable, mais pas aussi résistante à l’huile et à la saleté que les imprégnations classiques et il faut la renouveler un peu plus souvent. » 

La veste que Peter et ­Henrik sont en train d’observer dans les bureaux est l’un des dix prototypes remis par le département de développement à l’équipe de test de Fjällräven pour qu’ils subissent un examen total pendant les tests de terrain prolongés. Le groupe est dirigé par le spécialiste de production Johan ­Skullman et se compose de guides de montagne, mushers et professionnels qui vivent dehors des jours et des jours à la file. Ils sont donc partis avec des vêtements Eco-Shell faire du trekking, du ski de randonnée et du ski alpin. Ils les ont aussi portés dans leurs innombrables aventures de tous les jours en pleine nature.

Ces vêtements sont montés jusqu’au sommet du Mt Kebnekaise (bien entendu, c’est de là que la collection tire son nom), ils ont lutté contre les rafales de neige et les bourrasques des étendues montagneuses lapones, escaladé la roche sous une pluie battante et été soumis à des températures glaciales dans le Svalbard ainsi qu’à une profonde poudreuse au Japon. Mais ils ont également été utilisés par l’équipe de développement dans leurs propres aventures près de chez eux, aussi bien en montagne qu’en forêt.

« Afin de comprendre comment fonctionne vraiment un vêtement - du choix de la matière et de la coupe jusqu’à l’emplacement des poches - nous devons l’utiliser dans un contexte réel, aussi bien dans des environnements extrêmes que dans des situations quotidiennes », affirme Henrik Andersson. « Et nous réalisons aussi bien sûr des tests en laboratoire en vue d’analyser la résistance, l’imperméabilité et les performances techniques des tissus. » 

Cette saison automne/hiver, vous pourrez en voir les résultats pour la première fois en magasin. Henrik Andersson explique le processus.

« Lorsque nous travaillons sur ce type de projet, nous n’avons pas de date butoir. Nous n’avons pas la pression de devoir finir à temps pour telle collection d’automne ou telle collection de printemps. Pour créer le meilleur produit possible, il faut s’accorder le temps que ça prend. » 

Comment avez-vous appréhendé le design des produits ?

« La fonctionnalité et la forme ne sont pas incompatibles. Si vous fondez le design d’un produit sur ses caractéristiques essentielles, en principe tout se met en place naturellement. Rien n’a été laissé au hasard et tous les détails - de l’aération et des poches à la capuche et aux réglages sur la veste - sont là pour une bonne raison », déclare Peter Lindblom. 

La nouvelle collection se compose d’une veste, d’un anorak et d’un pantalon, en modèles pour homme et pour femme. Elle inclut également une parka longue légèrement rembourrée et une salopette. Ces vêtements sont conçus pour être portés seuls ou combinés entre eux, voire avec d’autres éléments de la gamme Keb, explique Peter Lindblom.

« La coupe du pantalon shell, par exemple, vous permet de le porter au-dessus d’un pantalon de randonnée en G-1000, comme couche de renfort en cas de pluie soudaine. Toutes les coupes ont été soigneusement étudiées pour une adaptation optimale ; elles épousent les formes mais laissent tout de même de l’espace pour pouvoir porter une couche isolante en dessous. »

« C’était pour nous un véritable défi que de créer la veste la plus légère possible mais tout aussi capable de supporter des conditions hostiles, d’assurer une mobilité maximale, le tout avec un impact environnemental minimum. »

Maintenant, la veste Keb Eco-Shell et les autres vêtements de la gamme sont disponibles en magasin. Ils ont été présentés à l’occasion d’expositions et ont reçu les premières réactions de l’industrie du plein-air ; un prix d’honneur a même été décerné à l’anorak par ISPO.  Peter et Henrik sont-ils satisfaits ?

« Oui, absolument. Nous avons fait en sorte de créer des vêtements présentant une fonctionnalité adaptable et la réaction de l’équipe de test et des premiers utilisateurs s’est révélée incroyablement positive. Ce qui nous satisfait particulièrement, c’est d’avoir réussi à faire tout cela tout en minimisant l’impact environnemental », affirme Henrik Andersson.

Temps restant avant la date limite de commande pour Noël: 2015-12-21T12:00 Spécial Noël - Profitez d’une période de retour marchandise prolongée jusqu’au 15 janvier 2016 pour toutes commandes faites entre le 20 novembre et le 31 décembre 2015