Chercher un produit:

Cuir façonné à la main dans la tradition suédoise

Du fait de leur connaissance approfondie de la chasse et du cuir, Annette Ripheden et ses collègues chez Ribes Leather sont les fournisseurs parfaits pour les accessoires de chasse en cuir de Fjällräven. Ces produits sont amoureusement fabriqués à la main avec du cuir à tannage végétal, dans une grange transformée sur l'île d'Öland dans le sud de la Suède.

Dehors dans les champs, on peut entendre les moutons, mais ce fond sonore s'estompe lorsque Nisse, le chien, aboie dès que la porte s'ouvre. L'odeur distincte du cuir m'accueille et le bruit de la machine à poinçonner plus loin dans le bâtiment cesse. Annette Ripheden ordonne à Nisse de se taire alors qu'elle quitte son poste de travail pour venir à ma rencontre. Sa poignée de main est ferme et elle parle avec un accent prononcé du Småland. 

« À première vue, ce petit terrier n'a l'air de rien, mais il n'a que deux ans et c'est déjà un partenaire fidèle lorsque nous chassons. Un certain nombre de renards et de blaireaux ont déjà quitté cette terre du fait de sa manière entêtée de creuser dans le sable de l'Öland », indique la fière chasseuse et propriétaire du chien. 

Nous traversons l'usine où les produits finis sont suspendus à des supports contre les murs, alors que les pièces en cours de réalisation attendent sur les tables la prochaine étape de leur production. De grandes peaux semblent aussi attendre leur tour. L'ancienne grange reconvertie est remplie d'outils et de machines.  

Annette a passé toute sa vie à travailler le cuir. À trois ans, elle tressait déjà ses premières sangles dans l'atelier de ses parents Bengt et Ulla-Britt. Son père Bengt, qui avait travaillé auparavant dans l'industrie du verre dans le Småland, a déménagé son entreprise de cuir sur l'île d'Öland en 1977. Lorsqu'il est parti à la retraite en 2008, Annette a repris l'affaire. Les traditions et le savoir-faire perdurent, même si l'usine a été déplacée un peu plus dans le nord, dans la ferme de Tävelsrum.

« J'ai pensé que ce serait dommage de voir les connaissances de ma mère et de mon père disparaître à leur retraite, et j'ai toujours aimé les métiers de l'artisanat et le cuir en tant que matière », explique Annette qui est maintenant responsable de toute la production avec ses deux employés. 

Une grande partie de son rapport au cuir lui vient de la chasse. Annette et son mari Anders sont de fervents chasseurs et dans la petite boutique de l'usine, vous pouvez acheter de beaux produits : portefeuilles, ceintures, tabliers, sacs à munitions et bretelles de tir. Ces produits supportent un usage intensif pendant des années, que ce soit pour le quotidien ou pour les loisirs. Le paysage désertique de l'Öland impose des conditions rudes aux chasseurs et à leurs équipements. 

« Il y a toujours du vent ici, le temps est terrible », décrit Annette qui n'a pas peur de citer les avantages et les inconvénients de l'île où elle vit. 

Mais elle sait que le cuir peut résister à ce type d'adversité. Votre sac ou votre ceinture doit pouvoir jouer son rôle sous la pluie et le vent, mais aussi sous le soleil et la chaleur estivale, année après année. Annette connaît les effets variables de la nature sur ses produits et en tient compte lors de leur fabrication. 

« Le cuir est une matière vivante et vous devez savoir l'« interpréter » pour fabriquer de bons produits. Vous devez tenir compte de son grain afin que vos conceptions conservent leur forme prévue. Les métiers manuels sont très liés au ressenti de la matière première, c'est difficile à décrire d'une tout autre façon. » 

L'instinct est très important, cela transparaît dans l'ambiance de l'usine. Même si certains outils et machines sont nécessaires, il y a toujours une personne qui surveille chaque étape du processus. La machine à poinçonner perfore les parties et détails des grandes peaux, une à une. Celles-ci sont toutes inspectées avant d'être approuvées. Elles sont découpées, collées et assemblées par des doigts habiles. Ensuite elles passent par la machine à coudre où les mêmes doigts habiles les cousent ensemble, biseautent leurs bords puis lissent les plis. Les extrémités des fils sont brûlées avec la flamme d'une bougie. Le texte et le logo du renard polaire sont aussi marqués à chaud. Les bords sont scellés. Les mains et les yeux vérifient constamment que tout est fait dans les règles de l'art. 

Même si de nombreux sacs se ressemblent de loin, vous pourrez voir de près les petites différences dans les détails. Ce ne sont pas du tout des copies exactes. 

« Sur une seule peau, vous pouvez avoir de petites cicatrices et marques lorsque la vache s'est éraflée contre quelque chose ou a eu une plaie qui a ensuite cicatrisé. Chaque peau a son âme propre et son histoire particulière. Cela donne un caractère spécial à chaque produit. »

Les caractéristiques individuelles sont davantage renforcées lorsque les produits finis sont utilisés. Chaque cicatrice a une histoire et les sacs à munitions, les ceintures et les bretelles de tir accumulent les histoires au fil du temps. Les produits ne sont pas seulement pratiques, ils consignent aussi l'histoire des chasseurs qui les utilisent. Ils deviennent des amis fidèles aux cicatrices et marques distinctives, qui embellissent avec l'âge. 

Temps restant avant la date limite de commande pour Noël: 2015-12-21T12:00 Spécial Noël - Profitez d’une période de retour marchandise prolongée jusqu’au 15 janvier 2016 pour toutes commandes faites entre le 20 novembre et le 31 décembre 2015